II. FISTULE ARTERIO-VEINEUSE ET PROTHESE VASCULAIRE


II.1. A) FISTULE ARTERIO-VEINEUSE


Une fistule artério-veineuse est obtenue par la création chirurgicale d’une anastomose entre une artère et une veine superficielle.


Il va en résulter une augmentation massive du débit et de la pression qui provoque une dilatation de la veine, ainsi que l’épaississement de sa paroi. Son débit est de l'ordre d'un litre par minute et il sera possible de dériver 300 ml / min. de sang dans le circuit extracorporel.


Un accès vasculaire fiable et réussi est essentiel pour traiter avec succès les patients insuffisants rénaux en hémodialyse.


La fistule artério-veineuse est l’accès vasculaire le plus utilisé et de premier choix. Elle offre tout à la fois les débits sanguins les plus élevés, le taux de recirculation le plus bas, et l'incidence la plus faible des complications.


Pour les patients, l’utilisation d'une fistule A-V réussie peut rendre la vie en dialyse plus tolérable.


Les ponctions répétées sont stressantes non seulement pour le patient, mais aussi pour le personnel soignant. De plus, les échecs de ponction sont douloureux et peuvent être générateurs d’hématomes et des thromboses. Elles provoquent une angoisse légitime chez les patients.


En bref, la fistule A-V est un élément clef dans le traitement de suppléance de l'insuffisance rénale chronique par l'hémodialyse. Elle a un rôle dans l'acceptation de sa maladie chronique et répresente pour le patient le lien entre lui, la machine et son traitement.



L'emplacement standard pour la confection d'une fistule A -V est l'avant-bras non dominant des patients. En général, le membre supérieur (MS) dominant est utilisé seulement s'il n'y a pas d'autres possibilités. Les techniques et le choix de l'emplacement sont définis par l'équipe médicale et chirurgicale.



II.1. B) LA PROTHESE VASCULAIRE


Dans les cas où la qualité des vaisseaux sanguins s’avère d’emblée ou secondairement très mauvaise et que la confection d’une fistule est impossible, un accès vasculaire peut être construit en utilisant du matériel synthétique ou biologique.


On a alors recours à des greffons qu’on interpose entre une artère et une veine de l’avant-bras ou du bras. Ces greffons sont : soit des homogreffes (veines saphènes), soit des prothèses en PTFE (Gore-Tex â, Impra â, etc.)


Les greffes peuvent être disposées de façon rectiligne ou en anse.


Elles peuvent aussi servir à effectuer des réparations sur de vraies fistules, par exemple pour court-circuiter une zone avec une sténose ou avec un anévrisme.


A l’heure actuelle, nous utilisons dans notre centre de dialyse des prothèses Impra â.


L’emplacement standard pour la confection d’une prothèse est le même que pour les fistules, c’est-à-dire, dans la mesure du possible, toujours dans le MS non dominant.


< br>



Abords vasculaires Home page